http://www.moniteurautomobile.be (© Copyright (c) Copyright 2012 Editions Auto-Magazine SA/NV.)
13-6-2012 01:00 | Par http://www.moniteurautomobile.be

Nouvelle étude sur les voitures de sociétés

Une étude commandée par les organismes représentant les secteurs de l'automobile et du leasing (Febiac, Federauto et Renta) a livré des enseignements sur l'importance des voitures de société.


Nouvelle étude sur les voitures de sociétés

Les chiffres d'une nouvelle étude de KPMG contredisent un certain nombre de croyances largement répandues au sujet des voitures de sociétés. Les enquêteurs du centre de recherche Indigov de Louvain ont interrogé 2000 automobilistes - dont la moitié conduit une voiture de société et l'autre moitié une voiture privée - sur l'utilisation professionnelle de leur auto. La constatation la plus frappante de cette étude est que près de quatre cinquièmes (79 %) de la flotte automobile belge se compose de voitures privées. Une automobile sur cinq seulement est une véritable voiture de société (15 %) ou un véhicule immatriculé au nom d'un indépendant (6 %).



La fausse idée largement répandue selon laquelle la moitié de la flotte belge est composée de voitures de société résulte, selon KPMG, de la confusion entre les immatriculations de voitures neuves et le nombre total de véhicules immatriculés. Les voitures de société (à cause du crédit-bail) sont généralement remplacées tous les 3 à 4 ans, tandis que dans le cadre d'un achat, le remplacement s'effectue après 7,5 ans en moyenne, bien souvent contre une voiture d'occasion. Cela expliquerait pourquoi 21 % du parc automobile belge se compose de voitures de société, bien qu'elles représentent 40 % environ des nouvelles immatriculations.

Skype
0Commentaires
Nouvelle étude sur les voitures de sociétésUne étude commandée par les organismes représentant les secteurs de l'automobile et du leasing (Febiac, Federauto et Renta) a livré des enseignements sur l'importance des voitures de société.http://www.moniteurautomobile.behttp://www.moniteurautomobile.be(©Copyright (c) Copyright 2012 Editions Auto-Magazine SA/NV.)2012-06-13T00:00:002012-06-13T00:00:00Les chiffres d'une nouvelle étude de KPMG contredisent un certain nombre de croyances largement répandues au sujet des voitures de sociétés. Les enquêteurs du centre de recherche Indigov de Louvain ont interrogé 2000 automobilistes - dont la moitié conduit une voiture de société et l'autre moitié une voiture privée - sur l'utilisation professionnelle de leur auto. La constatation la plus frappante de cette étude est que près de quatre cinquièmes (79 %) de la flotte automobile belge se compose de voitures privées. Une automobile sur cinq seulement est une véritable voiture de société (15 %) ou un véhicule immatriculé au nom d'un indépendant (6 %).La fausse idée largement répandue selon laquelle la moitié de la flotte belge est composée de voitures de société résulte, selon KPMG, de la confusion entre les immatriculations de voitures neuves et le nombre total de véhicules immatriculés. Les voitures de société (à cause du crédit-bail) sont généralement remplacées tous les 3 à 4 ans, tandis que dans le cadre d'un achat, le remplacement s'effectue après 7,5 ans en moyenne, bien souvent contre une voiture d'occasion. Cela expliquerait pourquoi 21 % du parc automobile belge se compose de voitures de société, bien qu'elles représentent 40 % environ des nouvelles immatriculations.Toute l'actualité automobileToute l'actualité du salon de l'auto (articles, photos, vidéos)Toutes les promosNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétésNouvelle étude sur les voitures de sociétés